L'ombre de la victoire - L'Univers d'Honor Harrington - Saganami, tome 4 - de David Weber

Couverture livre - critique littéraire -  L'Univers d'Honor Harrington - Saganami, tome 4 - partie 1 : L'ombre de la victoire David Weber

Récit

L’Alignement mesan a plus d’un fer au feu.
À l’origine du long conflit entre Manticore et Havre, la puissante secte eugéniste dresse désormais la Ligue solarienne contre les ennemis réconciliés.

C’est aussi l’objectif de l’opération Janus : noyauter les mouvements de résistance aux gouvernements corrompus et au pillage des transstellaires dans les mondes aux marges de la Ligue ; leur faire miroiter l’assistance d’une puissance bienveillante ; allumer la mèche, quoi.
Manticore en sera accusée. La guerre éclatera.

Mais les plans machiavéliques les mieux conçus se retournent parfois contre leurs auteurs…

Après L’Ombre de la liberté et Les Bas-fonds de Mesa, L’Ombre de la victoire achève de relater l’évolution des forces en présence. Dans le grand concert géopolitique de la galaxie connue, David Weber y fait donner toutes les voix de l’orchestre.
Dernier mouvement avant le finale ?

Couverture livre - critique littéraire -  L'Univers d'Honor Harrington - Saganami, tome 4 - partie 2 : L'ombre de la victoire David Weber

Critique de 2 volumes en une

Attention, s'agissant pour moi d'un seul et même tome (la coupure étant purement marketing / éditoriale), cette chronique porte sur les volume 1 et 2. Ce qui n'a pas réellement d'importance puisque je ne spoile pas.

Place dans le cycle

Ce tome clôture l'ensemble des sous-cycles d'Honor Harrington puisqu'à la fin, nous rejoignons l'état du monde tel que décrit à la fin de L'Orage gronde.
À noter que la lecture de l'Orage gronde et des autres tomes des sous-cycle Saganami et La couronne des esclaves est indispensable pour comprendre quoi que ce soit aux enjeux de ce tome.

Impression

Comme d'habitude avec cette série, et de manière générale avec l'Atalante, les couvertures sont, je trouve, superbes.
Comme d'habitude avec cette série, le livre anglais a été découpé en 2 tomes. Cette politique éditoriale est bien dommage, car en plus de coûter un bras, cela fait que la coupure du volume 1 n'a pas d'intérêt, et on ne peut que lire les 2 volumes l'un après l'autre.

Ici nous sommes dans un tome de géopolitique pur et dur. Les conséquences des agissements de chacun des partis (et l'on compte bien entendu l'Empire de Manticore, mais aussi la République de Havre, la Ligue solarienne, l'Alignement mesan et même Erewhon) et le développement des politiques ou opérations de chacun sont le thème de cet opus.
Ça c'est le côté fun du livre. Voir comment tout ce qui a été mis en place s'ajuste dans un ensemble préparant une jolie apothéose pour quand sortira le tome 14 de la série principale.

Mais le côté beaucoup moins fun c'est qu'il ne se passe pas grand chose de nouveau dans ce tome. La plupart des évènements impactant l'histoire de ce tome ont été relatés dans les autres livres de la série. Aussi bien concernant les affaires de l'Alignement que les conséquences de la guerre avec la République Populaire de Havre.
Alors c'est très bien d'avoir voulu limiter les redites. J’applaudis bien fort. Par contre les références sous-entendues aux évènements sans rappel succin de ce qui s'est passé (ni, et surtout, comment ça s'est terminé), c'est hard quand même, surtout quand la lecture des évènements concernés date d'il y a plus de 5 ans, temps du lecteur.

Ajoutons à cela que dans l'ensemble, ce livre ne fait que gérer les conséquences de ce qui s'est passé dans les autres tomes, on a le résultat d'un livre où il se passe pas mal de chose certes, mais où quasi toutes sont déjà connues (ou peu s'en faut), et dont la nature et la résolution a dû être extraite de la mémoire pour faire le lien. En effet, l'auteur ne se donne pas la peine de le faire pour vous.

Rajoutons à l'ensemble que ce livre étant bâti comme une étude des conséquences géopolitiques, il s'ensuit que sans être des redites, la situation sur nombre de secteurs présentés est quand même très ressemblante, surtout au début. Cela apporte une lourdeur et un sentiment de déjà vu et un catalogue à la Prévert qui est assez pesant sur toute la partie préparation des soulèvements politiques.
Leur traitement, en termes d'actions et de déroulement, ne possède évidemment pas ce grief, mais cela implique d'attendre que les choses s'agitent, et cela intervient relativement tard dans le récit.

Enfin, élément qui ne dérange peut-être que moi, mais un des mondes suivi dans ce tome est basé sur des origines polonaises. Le problème c'est que du coup, cette partie est emplie de mot que je suis incapable de lire / prononcer. Ma lecture y butte et en devient désagréable du fait que les parties concernées sont truffés de ces mots étrangers, et non pas juste quelques références par-ci par-là.

Petit point sympathique, on en apprend quand même un peu plus sur la structure de l'Alignement mesan, et surtout la vision côté Alignement du traitement des conséquences de l'attentat de la Pinède et ce qui s'y rapporte.
C'est très sympathique, surtout quand on voit le pragmatisme dont ils savent faire preuve.

Note

Un 12/20 pour ce tome.
Un opus qui ne pèche pas par le scénario et son traitement en tant que tel, mais par un sentiment d'étude clinique d'une situation menant à des impressions de déjà vu pendant la phase de préparation des évènements.
Rajoutons l'absence d'aide au lecteur concernant la nature et le résultat d'un certain nombre d'évènements ayant eu lieu dans les tomes précédents (des sous-cycles principalement), et cela en fait un tome difficile à lire et peu prenant dans sa lecture.

Il apporte toutefois un regard sympathique sur ce qui se passe dans le Talbot et aux alentours (mais stratégiquement sans réelle plus value) et prépare la reprise de la série principale avec délectation (la situation posée est alléchante), mais ça ne suffit pas pour en faire un bon tome (mais pas non plus un mauvais).

Hâte de se retrouver de nouveau dans le cycle principal !

Série : Cycle d'Honor Harrington

Série principale

  1. Mission Basilic (déjà lu)
  2. Pour l'honneur de la reine (déjà lu)
  3. Une guerre victorieuse et brève (déjà lu)
  4. Au champ du déshonneur (déjà lu)
  5. Pavillon de l’exil (déjà lu)
  6. Mascarade silésienne (déjà lu)
  7. Aux mains de l’ennemi (déjà lu)
  8. La disparue de l'enfer (déjà lu)
  9. Les cendres de la victoire (déjà lu)
  10. Plaies d'honneur (déjà lu)
  11. Coûte que coûte (déjà lu)
  12. En mission (déjà lu)
  13. L'orage gronde (avis)
  14. [Uncompromising Honor (non traduit)]

La Couronne des esclaves

  1. La couronne des esclaves (déjà lu)
  2. Torche de la liberté (déjà lu)
  3. Les bas-fonds de Mesa (avis)

Saganami

  1. L'ombre de Saganami (déjà lu)
  2. L'ennemi dans l'ombre (déjà lu)
  3. L'ombre de la liberté (avis)
  4. L'ombre de la victoire (avis)

Autour d'Honor

  1. Autour d'Honor (avis)
  2. Les Mondes d'Honor (avis)
  3. Une aspirante nommée Harrington (non lu)
  4. Au service du sabre (non lu)
  5. [In Fire Forged (non traduit)]
  6. [Beginnings (non traduit)]

Guide

  1. La maison d'acier (non lu)

Dark Vador et fils de Jeffrey Brown

Couverture livre - critique littéraire -  Dark Vador et fils de Jeffrey Brown

Récit

Et si Dark Vador, figure emblématique de la galaxie Star Wars, n'était pas celui qu'on imagine ? Et si Luke n'avait pas été séparé de son père à la naissance ? Et si Dark Vador était ainsi devenu un père aimant et attentionné ? 
Jeffrey Brown nous donne quelque élément de réponse en consacrant la première parodie officielle au personnage mythique de Lucas. L'humour rejoint la Force pour dévoiler une facette inconnue du plus grand des méchants.


Impression

Faisant suite à la lecture de Dark Vador et sa petite princesse, épisode traitant avec humour de la gestion par Dark Vador de sa fille Leïa, à l'âge de l'adolescence, je me suis tourné vers le premier tome, traitant de Luke lorsqu'il était petit (genre 4-5 ans), si celui-ci avait été élevé par Darkie himself.

Côté dessins, je retrouve totalement le style qui m'avait bien plu sur le second tome que j'avais lu.
Les dessins sont plein de couleurs et mettent bien en valeur l'écart entre ce que l'on s'attend d'un père pour élever son enfant, et ce que l'on attend du seigneur noir des Sith.
On retrouve plein de clins d’œil au déroulement de la saga (la vraie s'entend, épisode IV à VI) et c'est toujours aussi plaisant de voir retranscrite une situation des films dans un contexte de la vie de tous les jours.

Mais voilà, contrairement à la partie concernant l'adolescence, je trouve que les situations mises en images étaient moins sympathiques, moins sujettes à faire rire.
Le décalage est moindre, et au final, bien que j'ai pu trouvé quelques scènes sympathiques, la plupart ne m'ont qu'à peine touché.
Peut-être parce que les phrases cultes de la saga sont moins présentes et que de ce fait on entre moins dans l'univers StarWars, et on reste plus du côté des parents ordinaires.

Pour le coup, heureusement que je n'ai pas commencé par cet opus, car je n'aurai pas continuer la lecture.

Note

Un 12/20 pour cette BD qui allie esprit StarWars et épisodes de vie de parents d'enfant en bas-âge.
Comparativement à l'épisode sur l'adolescence, l'utilisation de scènes / phrases cultes de la saga se fait moins bien, ce qui ne laisse qu'une lecture sympathique mais sans plus.

Série : La famille Vador

  1. Dark Vador et fils (avis)
  2. Dark Vador et sa petite princesse (avis)
  3. Au lit Dark Vador (non lu)
  4. Dark Vador et compagnie (non lu)

La stratégie des as de Damien Snyers

Couverture livre - critique littéraire - La stratégie des as - Damien Snyers

Récit

Pour vivre, certains choisissent la facilité. Un boulot peinard, un quotidien pépère. Mais très peu pour moi. 
Alors quand on m'a proposé ce contrat juteux, je n'avais aucune raison de refuser.
Même si je me doutais que ce n'était pas qu'une simple pierre précieuse à dérober.
Même si le montant de la récompense était plus que louche.
Même si le bracelet qu'on m'a gentiment offert de force risque bien de m'éparpiller dans toute la ville.

Comme un bleu, j'ai sauté à pieds joints dans le piège. L'amour du risque, je vous dis. Enfin... c'est pas tout ça, mais j'ai une vie à sauver. La mienne.


Impression

« Sympathique mais anecdotique ». Une phrase faite par Xapur, mais que je ne peux que reprendre tant elle traduit le sentiment que m'a inspiré cette lecture.

Côté bons points, on peut compter l'action, qui ne se pose jamais complètement, avec des rebondissements qui s'enchaînent et ce même si ce livre a pour objet la préparation et la réalisation d'un casse - ce qui amène nécessairement à des phases plus légères en terme d'action et plus orientée stratégie .

On peut aussi tabler sur la superbe couverture, qui sait attirer l'œil représentant à la fois les personnages et la ville dans laquelle tout ce petit monde va évoluer.

Par contre, plusieurs bémols pointent le bout de leur nez.
Le scénario est relativement simpliste. Les événements s'enchaînent, certes, mais selon un schéma des plus classiques. Ce livre est souvent comparé à Ocean Eleven, mais même ce film a une structure plus complexe avec un jeu de tromperies entre les personnages qui n'est pas présent dans ce livre, si ce n'est de manière anecdotique.

Les personnages ont certes un « but » dans la vie, que l'on apprend au cours de la lecture, mais ça ne m'empêche pas de les trouver plats.
Pour moi, des personnes évoluant dans le monde de la cambriole se doivent d'être un peu plus complexe que ce qu'on nous sert... surtout quand on nous vend le personnage principal comme un embobineur de première.

Après, mon jugement est peut-être sévère, mais au regard de l'histoire, je ne peux que voir une comparaison avec les épopées des Salauds Gentilshommes... Et là pour le coup, le match ne fait pas un pli.

Note

Un 12/20 pour ce livre.
Un livre qui sans être mauvais, ne m'a pas du tout emballer tant par le côté simpliste du scénario que par ses personnages que j'ai trouvé plat.
Si vous voulez lire des livres traitant d'entourloupes et de casse impossible, je ne peux que vous orientez vers les aventures de Locke et ses Salauds gentilshommes qui sauront vous faire vibrer bien plus fort, et avec des intrigues bien plus... palpitantes.
Jetez donc un œil à mes chroniques à leur sujet... vous verrez par vous même la différence.


L'oeuf de dragon - Prélude au Trône de fer T02 de George R. R. Martin

Couverture livre - critique littéraire - l'eouf de dragon - trône de fer

Récit

Quatre-vingt-dix ans avant les péripéties du « Trône de Fer », Aegon, de la lignée royale, surnommé l’œuf, court les routes incognito comme écuyer d'un chevalier errant, Dunk. Au hasard des chemins, le duo se voit convié par le fringant Jehan le Ménétrier à participer à un tournoi richement doté qui sera le clou des noces de lord Beurpuits. Au champion ira le grand prix, un inestimable œuf de dragon. Mais il apparaît bientôt que les noces et le tournoi sont un nid d'intrigues et d'ambitions, petites et grandes, et qu'une prophétie annonce de grands événements.

De fait, après la rébellion, les partisans de Deamon Feunoyr, qui a chassé quelques années plus tôt la fine fleur des chevaliers en exil de l'autre côté de la mer, fomentent une nouvelle conspiration. Certains souhaitent déposer le souverain légitime pour installer leur propre prétendant. À leur corps défendant, Dunk et l'Œeuf se retrouvent au cœur du complot.


Impression

S'inscrivant dans le monde du trône fer, cette nouvelle fait suite aux 2 précédentes (le chevalier errant et l'épée lige, toutes deux lues mais non chroniquées sur ce blog).
Ces 3 nouvelles forment le récit des aventures de ser Duncan le Grand et l’Œuf, surnom que prend Aegon V Targaryen (un des frères du Mestre de la garde de la nuit, pour situer le tableau de ceux qui connaissent la série).

Les ingénieurs de l'Anneau-Monde - L'Anneau-Monde, T02 de Larry Niven

Les ingénieurs de l'Anneau-Monde - L'Anneau-Monde, T02 de Larry Niven

Récit

Vingt-trois ans ont passé depuis que Louis Wu et le Kzin sont revenus sur leurs planètes respectives après leur expédition sur l'Anneau-Monde. Mais ils n'ont pas vraiment reçu les honneurs escomptés. Louis a plongé dans la came. Une vraie loque. Et maintenant, les voici à nouveau en route vers l'Anneau-Monde, prisonniers d'un Marionnettiste fou qui veut reformer l'équipe multiraciale d'antan.
Quand ils arrivent près de l'Anneau, cependant, une anomalie leur saute aux yeux : la structure se décentre par rapport à son soleil. C'est la collision assurée à brève échéance.
Que faire ? Chercher un moyen d'arrêter le processus et sauver les habitants, qui ont perdu le savoir d'autrefois... Ou fuir comme des voleurs en emportant les secrets des ingénieurs de l'Anneau-Monde ?


Impression

Deuxième tome du cycle de l'anneau-monde, cette lecture était notamment motivée pour découvrir l'ensemble des questions et interrogations laissées en suspens lors du
précédent tome.

L'histoire se passe 20 ans après le premier tome où, contre leur gré, Louis Wu et Parleur aux animaux (le Kzin) sont de nouveau enrôlés pour rendre visite à l'anneau-monde à la recherche de merveilles technologiques. Car il faut dire que dans le précédent tome, l'objectif tenait plus de la survie que de l'exploration de la structure. Voilà qui y remédie.

On retrouve donc 2 de nos 4 protagonistes d'antan, ainsi que des nouveaux, afin d'aller chercher ces merveilles technologiques.

Du coup, on se retrouve plongé dans le fonctionnement de l'anneau-monde, sa topographie ainsi qu'une étude des habitants de cet anneaux.
Un voyage dépaysant et surprenant, qui permettent de remplir bon nombre de questions qui s'étaient posées lors du précédent tome, qui n'avait pas pour objet l'anneau en lui même.

On remarquera d'ailleurs que la partie sauvetage de l'anneau mis en exergue dans la 4ème de couverture est traitée très rapidement à la fin du livre (quelques chapitres uniquement). On voit bien que l'objet de ce livre n'est clairement pas la partie "il faut sauver le monde", d'autant que les motivations des principaux protagonistes soient très loin d'être toutes angéliques... Mais je vous en laisse la primeur.

Le roman toutefois manque d'entrain. Il se lit plus comme une étude de cas avec pour objet "l'Anneau-Monde : fonctionnement, origine et évolution".
Notamment l'évolution des personnages m'a paru bizarre (s'entend, pas en cohérence avec ce dont je m'étais imaginé lors du premier tome) et manquant des traits d'humour présents dans le précédent tome.
L'impression d'un roman globalement aseptisé fait plus penser à un traité qu'à un roman. Peut-être est-ce du au fait que ce roman a été écrit à la demande des lecteurs pour compléter son œuvre, mais il manque, à mon sens, une âme à ce récit.

Amateur de Hard-Sciences, j'ai donc beaucoup apprécié de pouvoir répondre à quelques points que je souhaitai découvrir à la lecture du premier tome, mais pour ceux qui n'en n'éprouvaient pas le besoin, la lecture de ce livre risque d'être assez peu entraînante.

Note

Un 12/20 pour ce livre, qui vient compléter l'aspect fonctionnement / origine / raison de la présence de l'Anneau-Monde, sans apporter une trame d'histoire particulièrement entrainante.
À conseiller pour ceux qui, à la lecture du premier tome, voulait en savoir plus sur l'anneau-monde, mais pas particulièrement pour ceux qui avait été séduit par l'histoire et les diverses interactions du tome précédent.
La saga continue avec 2 autres tomes, mais je ne poursuivrai pas. L'histoire indiquée ne m'emballant pas plus que ça, et le sujet de l'anneau-monde étant pour moi très bien traité dans le présent volume, je n'ai pas spécialement envie de continuer dans cette série.

Série : L'Anneau-Monde

  1. L'Anneau-Monde (chroniqué)
  2. Les ingénieurs de l'Anneau-Monde (chroniqué)
  3. Le trône de l'Anneau-Monde (non lu)
  4. Les enfants de l'Anneau-Monde (non lu)

La cité - La cité, T01 de Stella Gemmell

La cité - La cité, T01 de Stella Gemmell

Récit

Construite sur des milliers d'années, faite d'une multitude de niveaux, la Cité est aussi vaste qu'ancienne. Au fil des siècles, elle s'est étendue au-delà de ses remparts, menaçant sans cesse les royaumes voisins. Au cœur de la Cité réside le sanguinaire Empereur, dont le visage reste un mystère et que la mort même semble craindre : certains vont jusqu'à douter de son humanité.
Une poignée de rebelles espérant mettre fin à ce règne de terreur placent leurs espoirs en un seul homme, dont le nom sonne comme une légende : Shuskara. Celui qui fut autrefois le général favori de l'Empereur. Un homme respecté, capable de provoquer un soulèvement et d'unir la Cité. Mais aussi un criminel trahi, emprisonné et torturé avant de disparaître...


Impression

N'ayant jamais lu de livre écrit par Monsieur (honte à moi, sans doute, mais il faut savoir faire des choix dans la vie ^^), j'aborde donc ce premier livre de Madame Gemmell sans aucune idée préconçue à son sujet autre que la lecture de quelques critiques avant de me lancer dans cette lecture.
Vous trouverez ainsi mon avis, indemne des comparaisons auxquelles on peut s'attendre habituellement, et sans préjuger du niveau que devrait avoir Madame dans la réalisation de ses écrits.

Parlons pour commencer du décor : une cité tentaculaire, que l'on commence à visiter par les égouts.
Superbe partie qui décrit au lecteur la vie cruelle et injuste des Habitants, ceux qui vivent dans ces tunnels où rode la mort et bien pire encore.
Toutefois, on n'est pas non plus dans le transcendantal. Je veux dire par là que la description et l'action qui s'y passent sont bien amenées, mais l'organisation qui y est décrite n'est pas originale et ne m'a pas surpris.

Ensuite nous passons à la surface... et principalement à ses frontières, là où une guerre qui traîne en longueur, voire même qui semble être faite pour durer, se passe. Impression qui perdure dans les quatre cinquième du roman sans que cela ne semble émouvoir grand monde... ça fait long quand même, surtout après les découvertes de fin de livre. Ça fait un peu guerre de Troie, mais sans assumer le caractère "les dieux font ça pour se divertir", ce qui rend à mon sens le modèle un peu bancal.

Ce qu'on y découvre aussi, c'est que quand on parle d'une grande ville, c'est "vraiment" grande ville... gigantesque, tentaculaire, dévorante et décadente conviendrait mieux. Et c'est un peu dommage qu'on s'en aperçoive tout compte fait qu'au détour de quelques descriptions, sans que rien ne soit fait pour que le lecteur en prenne réellement conscience.

Concernant l'organisation du récit, le récit suit une logique assez bizarre où s’enchaîne (sans préavis) des flash-back et des changement de points de vue.
Il est clair que la première fois c'est perturbant, mais ensuite je m'y suis fais. Je n'ai pas spécialement adhéré au principe, mais il ne m'a pas non plus gêné, et permet de donner un rythme au livre, sautant d'une histoire à l'autre, d'une époque à l'autre, et permettant au lecteur de réfléchir pour resituer tout cela dans le contexte.

Et il faut bien avouer que niveau rythme, ça a de l'intérêt. En effet, sans que les personnages soient (tous) mal dégrossi ou niais, leurs état d'âme traîne un peu en longueur. J'ai eu parfois l'impression de lire une lecture "jeunesse" tant les réflexions de certains protagonistes oscillaient entre l'évidence, la niaiserie ou l'inconscience. Là où habituellement ce genre de questionnement (pouvant être légitime) se traite en quelques lignes, ici ça peut s'étirer sur plusieurs pages... voire même sur plusieurs scènes.

Un autre point est l'impression de supériorité manifeste des soldats de la Cité... L'explication est fournie dans le livre certes, mais proche de la fin... ce qui fait que l'impression que les soldats de la Cité affrontent des paysans russes qui compensent leur faible entraînement par le nombre n'est levée quand quasiment tout est fini. Je trouve cela dommageable concernant la crainte qui en découle des affrontements avec l'ennemi... et donc de l'intérêt que peut susciter cette part de l'histoire.

Un autre point que je trouve pas hyper-crédible non plus c'est l'absence de légendes / rumeurs concernant l'empereur hors celle "officielle". Sans entrer dans les détails pour ne pas spolier, avoir aussi peu de rumeurs sur le personnage qui régit la vie d'une ville gigantesque... est difficilement crédible à mon goût, y compris en prenant en compte le "contexte" de l'ensemble des gens.

Cela étant, malgré tous ces défauts que j'ai pu pointer du doigt, l'histoire reste somme toute prenante. Le récit est basé sur des idées intéressantes, à défaut de les avoir trouvées innovantes, et les rebondissements sont plutôt bien amenés sur nombres de points. L'aspect "jeunesse" ne faisant que déséquilibrer l'univers mis en place.

Note

Un 12/20 pour ce livre. Au final un livre qui comporte de bonnes idées, plutôt bien amenées malgré quelques manques qui soit décrédibilisent l'histoire, soit aurait pu être condensés en mettant l'espace libéré à profit pour nous distiller des informations plus tôt sur ce qu'est la Cité et son fonctionnement. La découverte d'un monde "sur le tas" étant un procédé que j'aime bien, mais dans lequel les informations doivent pouvoir sourdre au fil des événements et non pas être artificiellement maintenues sous le boisseau.
Cela reste toutefois une lecture agréable. Je lierai sans doute la suite (s'il s'agit d'un diptyque) par curiosité, car certains élément m'ont laissé perplexe et j'attends de voir comment ça s'organise par la suite.

Coup de tabac - Les Annales du Disque-Monde T34 de Terry Pratchett

Coup de tabac - Les Annales du Disque-Monde T34 de Terry Pratchett

Récit

Blousé, Vimaire. Dame Sybil, son épouse aimante, lui impose quinze jours de congés à la campagne dans le manoir familial. La vie de hobereau, rien de folichon pour le commissaire divisionnaire du Guet d’Ankh-Morpork, non plus que la déférence servile qu’on lui témoigne, à lui qui tient pour article de foi que les hommes sont tous les mêmes le pantalon baissé. La tradition le veut, le flic en vacances n’a pas ouvert sa valise que le premier cadavre lui saute à la figure. Mais ce n’est pas un meurtre ordinaire qui attend Vimaire, c’est un crime contre l’existence et la dignité d’une espèce entière. Qu’importe s’il est hors de sa juridiction, si les repères lui manquent dans le monde rural et si l’on s’acharne à le mener en bateau, la justice doit passer.

Impression

Premier livre des annales du Disque-Monde que je chronique (
seul un roman pour enfant a déjà été chroniqué dans ce blog), nous allons faire une très rapide digression sur la série des Annales du Disque-Monde.

Pour planter le décors, vous trouvez ci-dessous un guide expliquant comment s'organise les différentes annales / romans pour jeunes / nouvelles dans cet univers et comment ils s'organisent entre eux.

Le sens de lecture est donc au choix, soit par ordre de sortie (il s'agit par exemple du 34ème tome), soit en commençant par le premier tome d'un cycle.
Guide d'ordre de lecture des annales du Disque Monde
Crédit : The L-Space Web
En effet, les différents cycles sont globalement indépendants entre eux, faisant intervenir des "héros" à part.
Leur interaction est principalement lié au fait que tout se passe dans le même monde, mais pas aux mêmes endroits. Cela explique que sauf certains points de détails, s'aventurer dans un cycle particulier sans lire les autres n'est pas problématique du tout.
Pour information :
  • Le cycle de Rincevent suit principalement les pérégrinations de Rincevent, maje de son état, mais où il faut bien voir que la magie dans le disque-monde est... particulière. Plus généralement, ce cycle traite des mages de l'université de l'Invisible et de leurs arts.
  • Le cycle des Sorcières nous mène à côtoyer les sorcières et leurs pouvoirs (qui ne sont pas les mêmes que ceux des mages précédents). Ce cycle est littéralement jouissif, le meilleur de toutes les annales à mon humble avis.
  • Le cycle de la Mort, où l'on suit les pérégrinations, questionnements et autres activités de la Mort. Personnage mythique des Annales, ce cycle est au coude à coude niveau plaisir avec celui des Sorcières.
  • Le cycle du Guet, où l'on suit Vimaire et sa clique, et où l'on découvre la naissance de la police moderne, mais aussi la vie dans la grande ville d'Ankh-Morpork.
  • Le cycle des anciennes civilisations où il est question de la mythologie du Disque-Monde.
  • Le cycle du progrès où les merveilles de l'industrialisation viennent cotoyer la magie du Disque-Monde. Sans doute l'un de cycle que j'aime le moins.
  • Le cycle des romans pour les jeunes et scientifique sont à part, car se passant dans l'univers du Disque-Monde, où l'expliquant, mais sans faire vraiment partie des Annales.

Mais, la question qui pend à vos lèvres est peut être : mais le Disque-Monde c'est quoi ?
Et bien, le monde de Terry Pratchett est constitué :
  • d'un disque (d'où son nom). C'est donc bien un monde plat ;
  • ce disque est posé sur 5 éléphants ;
  • eux même reposant sur une tortue géante (la grande A'thuin de mémoire) qui voyage dans l'espace.
  • La magie y est présente, émanant du moyeu du Disque-Monde, pic gigantesque qui est aussi le lieu où vivent les dieux.
Vous pouvez donc tout de suite voir qu'il s'agit d'un monde Fantasy / burlesque, bourré d'humour. Oui, mais pas que. Car derrière l'humour et le côté pastiche des (anti-?) héros, chaque annale se voit traiter un sujet particulier, offrant une critique plus ou moins acerbe d'un pan de notre société actuelle.

On notera par ailleurs que le traducteur arrive à rendre la quasi-totalité des nombreux jeux de mots qui émaillent ces lectures. Ce qui laisse donc tout l'intérêt de lire ces livres en français.

Voilà pour ce qui est des généralités. Passons au livre proprement dit.
Coup de tabac traite de l'esclavage, du racisme et du rejet de l'autre. Autant dans les précédentes annales, ces critiques étaient en arrière plan, autant sur celui-ci, il est quasiment prépondérant.

On y suit les "vacances" de Vimaire, chef du Guet d'Ankh-Morpork, duc de la même ville, et que sais-je encore, mais qui est, à tout le moins dans sa tête, un flic issu de la rue.
Contraint et forcé par sa femme (qu'on prend plaisir à retrouver), à partir en villégiature à la campagne, évidemment, un meurtre l'obligera à reprendre du service.

On retrouve l'ensemble des éléments qui font une annale du Disque-Monde : humour, personnages attachants, etc. Hélas, je n'ai vraiment pas accroché.
Bien qu'il ne soit pas mon personnage préféré du cycle, normalement les aventures avec Vimaire sont à tout le moins intéressante. Là je me suis un peu ennuyé. J'ai trouvé l'ensemble cousu de fil blanc. Heureusement que l'humour de l'auteur est toujours bel et bien présent.
On y découvre par ailleurs le fils de Vimaire, ce qui est agréable. Hélas, ancré dans sa période pipi/caca, cela m'a très vite lassé, même si les références qui y sont faites sont mâtinées de l'humour de Pratchett.

C'est au final un livre très moyen (le second plus mauvais de mon avis) qu'il ne faut pas prendre comme représentant de la majorité des livres de ce cycle. Heureusement, l'humour reste suffisamment vif et mordant pour que le livre se lise sans peine particulière.

Note

Un 12/20 pour cet opus qui m'a beaucoup déçu. Mais il faut dire qu'on attend habituellement du haut niveau pour ces oeuvres là. Toutefois, on reste quand même dans quelque chose qui se laisse lire sans difficulté. On est juste vraiment pas à la hauteur niveau scénario des autres livres du cycle.

Série : Disque-Monde (Annales et autres récits)

Cartographie des cycles composant le Disque-Monde - Article générique sur le Disque-Monde

Cycle de Rincevent

  1. La Huitième couleur (lu et non chroniqué)
  2. Le Huitième sortilège (lu et non chroniqué)
  3. Sourcellerie (lu et non chroniqué)
  4. Drame de Troll (nouvelle) (chroniqué)
  5. Faust Éric (lu et non chroniqué)
  6. Les Tribulations d'un mage en Aurient (lu et non chroniqué)
  7. Le Dernier Continent (lu et non chroniqué)
  8. Le Dernier Héros (lu et non chroniqué)
  9. Allez les mages ! (lu et non chroniqué)

Cycle scientifique

  1. La Science du Disque-Monde (non lu)
  2. Le globe (non lu)
  3. L'horloge de Darwin (non lu)
  4. Le jugement dernier (non lu)

Cycle de la Révolution industrielle

  1. Les Zinzins d'Olive-Oued (lu et non chroniqué)
  2. La Vérité (lu et non chroniqué)
  3. Le Régiment monstrueux (lu et non chroniqué)
  4. Timbré (lu et non chroniqué)
  5. Monnayé (lu et non chroniqué)
  6. Déraillé (non lu)
  7. Le guide de Mme Chaix (non lu)

Cycle des Sorcières

  1. La Huitième fille (lu et non chroniqué)
  2. Trois sœurcières (lu et non chroniqué)
  3. Les recettes de nounou Ogg (non lu)
  4. Mécomptes de fées (lu et non chroniqué)
  5. Nobliaux et Sorcières (lu et non chroniqué)
  6. Masquarade (lu et non chroniqué)
  7. La mer et les petits poissons (nouvelle) (chroniqué)
  8. Carpe jugulum (lu et non chroniqué)
  9. Les Ch'tits Hommes libres (chroniqué)
  10. Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants (lu et non chroniqué)
  11. Un chapeau de ciel (non lu)
  12. L'Hiverrier (non lu)
  13. Je m'habillerai de nuit (lu et non chroniqué)
  14. La Couronne du berger (non lu)

Cycle anciennes civilisations

  1. Pyramides (lu et non chroniqué)
  2. La Mort et tout ce qui s'ensuit (nouvelle) (chroniqué)
  3. Les Petits Dieux (lu et non chroniqué)

Autres

  • L'art du Disque-Monde (non lu)
  • La carte du Disque-Monde (non lu)

Cycle du Guet

  1. Au guet ! (lu et non chroniqué)
  2. Le théâtre de la cruauté (nouvelle) (chroniqué)
  3. Le Guet des orfèvres (lu et non chroniqué)
  4. Pieds d'argile (lu et non chroniqué)
  5. Va-t-en-guerre (lu et non chroniqué)
  6. Le Cinquième Éléphant (lu et non chroniqué)
  7. Ronde de nuit (lu et non chroniqué)
  8. Jeu de nains (lu et non chroniqué)
  9. Rejet par l'Université de procédés diaboliques (nouvelle) (chroniqué)
  10. Minutes de la réunion en vue de concrétiser le projet de fédération de scouts d'Ankh-Morpork (nouvelle) (chroniqué)
  11. Où est ma vache ? (non lu)
  12. Coup de tabac (chroniqué)
  13. Le monde merveilleux du caca (non lu)

Cycle de la Mort

  1. Mortimer (lu et non chroniqué)
  2. Le Faucheur (lu et non chroniqué)
  3. Accros du roc (lu et non chroniqué)
  4. Le Père Porcher (lu et non chroniqué)
  5. Procrastination (lu et non chroniqué)