20 décembre 2015

L'oeuf de dragon - Prélude au Trône de fer T02 de George R. R. Martin

Couverture livre - critique littéraire - l'eouf de dragon - trône de fer

Récit

Quatre-vingt-dix ans avant les péripéties du « Trône de Fer », Aegon, de la lignée royale, surnommé l’œuf, court les routes incognito comme écuyer d'un chevalier errant, Dunk. Au hasard des chemins, le duo se voit convié par le fringant Jehan le Ménétrier à participer à un tournoi richement doté qui sera le clou des noces de lord Beurpuits. Au champion ira le grand prix, un inestimable œuf de dragon. Mais il apparaît bientôt que les noces et le tournoi sont un nid d'intrigues et d'ambitions, petites et grandes, et qu'une prophétie annonce de grands événements.

De fait, après la rébellion, les partisans de Deamon Feunoyr, qui a chassé quelques années plus tôt la fine fleur des chevaliers en exil de l'autre côté de la mer, fomentent une nouvelle conspiration. Certains souhaitent déposer le souverain légitime pour installer leur propre prétendant. À leur corps défendant, Dunk et l'Œeuf se retrouvent au cœur du complot.

Impression

S'inscrivant dans le monde du trône fer, cette nouvelle fait suite aux 2 précédentes (le chevalier errant et l'épée lige, toutes deux lues mais non chroniquées sur ce blog).
Ces 3 nouvelles forment le récit des aventures de ser Duncan le Grand et l’Œuf, surnom que prend Aegon V Targaryen (un des frères du Mestre de la garde de la nuit, pour situer le tableau de ceux qui connaissent la série).

En somme il s'agit d'une petite histoire, loin du potentiel que représente le Trône de fer.
On y suit donc la vie ascète de ser Duncan le Grand, chevalier errant qui a pour particularité d'avoir comme écuyer un des Targaryen susceptible de monter sur le trône (bien que de manière invraisemblable, étant le 4ème fils d'un quatrième fils).

Pour faire simple ser Duncan est grand, fort, loyal et pas très futé.
À contrario, Aegon est futé, mais jeune et impétueux.

Mettez ces deux là débarquant à l'improviste dans une réunion des Feunoyrs, les rebelles au Roi de l'époque (et donc les opposants à la famille de l'Œuf), et vous pouvez imaginer ce que la balourdise de ser Duncan peut occasionner.

L'histoire en elle même est "plaisante" mais sans plus. Très bien pour retourner dans le monde médiéval fantastique sans magie, mais il ne faut pas s'attendre à autre chose qu'une nouvelle gentillette.

Par ailleurs, on y apprend que peu de choses supplémentaires sur Aegon et ser Duncan comparativement aux précédentes nouvelles.

Note

Un 12/20 pour ce livre.
Un bon divertissement, qui sans casser 3 pattes à un canard, fait son office. Un livre sans prétention donc. À lire si on veut découvrir la suite des aventures de Ser Duncan, mais passer outre ne vous empêchera pas de dormir.

0 commentaires: