La stratégie des as de Damien Snyers

Couverture livre - critique littéraire - La stratégie des as - Damien Snyers

Récit

Pour vivre, certains choisissent la facilité. Un boulot peinard, un quotidien pépère. Mais très peu pour moi. 
Alors quand on m'a proposé ce contrat juteux, je n'avais aucune raison de refuser.
Même si je me doutais que ce n'était pas qu'une simple pierre précieuse à dérober.
Même si le montant de la récompense était plus que louche.
Même si le bracelet qu'on m'a gentiment offert de force risque bien de m'éparpiller dans toute la ville.

Comme un bleu, j'ai sauté à pieds joints dans le piège. L'amour du risque, je vous dis. Enfin... c'est pas tout ça, mais j'ai une vie à sauver. La mienne.


Impression

« Sympathique mais anecdotique ». Une phrase faite par Xapur, mais que je ne peux que reprendre tant elle traduit le sentiment que m'a inspiré cette lecture.

Côté bons points, on peut compter l'action, qui ne se pose jamais complètement, avec des rebondissements qui s'enchaînent et ce même si ce livre a pour objet la préparation et la réalisation d'un casse - ce qui amène nécessairement à des phases plus légères en terme d'action et plus orientée stratégie .

On peut aussi tabler sur la superbe couverture, qui sait attirer l'œil représentant à la fois les personnages et la ville dans laquelle tout ce petit monde va évoluer.

Par contre, plusieurs bémols pointent le bout de leur nez.
Le scénario est relativement simpliste. Les événements s'enchaînent, certes, mais selon un schéma des plus classiques. Ce livre est souvent comparé à Ocean Eleven, mais même ce film a une structure plus complexe avec un jeu de tromperies entre les personnages qui n'est pas présent dans ce livre, si ce n'est de manière anecdotique.

Les personnages ont certes un « but » dans la vie, que l'on apprend au cours de la lecture, mais ça ne m'empêche pas de les trouver plats.
Pour moi, des personnes évoluant dans le monde de la cambriole se doivent d'être un peu plus complexe que ce qu'on nous sert... surtout quand on nous vend le personnage principal comme un embobineur de première.

Après, mon jugement est peut-être sévère, mais au regard de l'histoire, je ne peux que voir une comparaison avec les épopées des Salauds Gentilshommes... Et là pour le coup, le match ne fait pas un pli.

Note

Un 12/20 pour ce livre.
Un livre qui sans être mauvais, ne m'a pas du tout emballer tant par le côté simpliste du scénario que par ses personnages que j'ai trouvé plat.
Si vous voulez lire des livres traitant d'entourloupes et de casse impossible, je ne peux que vous orientez vers les aventures de Locke et ses Salauds gentilshommes qui sauront vous faire vibrer bien plus fort, et avec des intrigues bien plus... palpitantes.
Jetez donc un œil à mes chroniques à leur sujet... vous verrez par vous même la différence.


Commentaires et digressions : 2

  1. Dommage ! mais ça peut être sympa pour une lecture au soleil ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, ça passera très bien en lecture d'été.
      Mais pour cet été, faut que tu lises les Jardins de la Lune de Steven Erikson !

      Supprimer