Pourquoi dans les grands bois, aimé-je à m'égarer de Karim Berrouka

Couverture livre - critique littéraire - Pourquoi dans les grands bois de Karim Berrouka

Récit

Marc-Aurèle Abdaloff et Premier de la Classe sont sur une nouvelle affaire : envoyés dans les monts d’Arrée, ils doivent enquêter sur de curieux meurtres perpétrés à l'épée par un homme accompagné d'une armée d'écureuils sanguinaires.


Impression

Ayant déjà lu Fées, weed et guillotines du même auteur, j'ai entamé la lecture de cette nouvelle vu qu'elle se passe dans le même espace-temps (on fait suite au premier tome, même si ça n'a qu'une importance mineure : le groupe d'enquêteur est juste déjà réuni et se connait), d'autant plus que le titre, comme bon nombre de ceux des ouvrages de cet auteur, m'a bien plu.

Cette nouvelle met donc en scène une enquête à réaliser suite à la découverte macabre de plusieurs macchabées, découpés en morceaux à l'aide d'une arme médiévale (l'épée), ainsi que le témoignage d'une survivante parlant d'une attaque d'écureuils.

Et globalement, si le thème de cette enquête est bien barré et assez drôle, ça ne s'arrête que là.
Je n'ai pas pu retrouver l'humour du tome que j'ai lu... Enfin si en fait, mais celui du « creux » du précédent opus.
Et comme sortie de la situation coquasse, on rit plus jaune que franchement, et bien ça veut pas vraiment.

Nouvelle oblige (j'imagine), l'auteur a réduit (très) fortement le côté psychologique. Alors oui, dans une nouvelle, on n'a pas de place pour pondre un personnage bien brossé (encore que), mais là, on a vraiment à faire à des personnages en carton-pâte.
Et cela est encore pire quand on connait les personnages dépeint dans Fées, weed et guillotines (qui pour le coup étaient dépeints hauts en couleurs).
Ça fait plus que gâcher l'ouvrage...

Note

Un 09/20 pour ce livre.
Pour finir la situation amuse les 5 premières minutes... puis lasse, et rien ne permet de faire éclore un intérêt manifeste.

Cela dit, ne vous y trompez pas, je pense que c'est principalement le côté nouvelle qui a nuit tant Fées, weed et guillotines, sans être parfait, était une vraie tranche de rigolade.
Bref, ne tenez pas ce texte comme représentatif des écrits de l'auteur, et à tout le moins, passez votre chemin sur cet ouvrage (même pour un prix aussi modeste que celui-là).