Pages

23 mars 2016

Les marches du trône - Les Aventuriers de la Mer, T09 de Robin Hobb

Couverture livre - critique littéraire - Les aventuriers de la mer - tome 9 - Les marches du trône

Récit

Avec Mère à son bord, Parangon peut enfin retrouver son intégrité perdue, un visage, et peut-être même la vue. Il ne lui en faudra pas moins pour affronter la Vivacia, sur laquelle Kennit règne toujours en maître, au point qu'il fait d'Althéa, la propriétaire légitime de la vivenef, sa prisonnière ! Mais il faut croire que la chance insolente qui a si bien servi le pirate jusqu'ici l'a quitté : la flotte jamaillienne, bien décidée à ne pas le laisser retenir plus longtemps le gouverneur Gosco et Malta en otages, lui fait échec. Tintaglia, le dernier dragon de Clochetinte, toujours à la recherche de cette dernière, vient elle aussi déranger ses plans. Quant aux serpents, il n'auraient pas pu trouver meilleur moment pour le laisser tomber...

Impression

Premier tome de cette série que je chronique... mais dernier tome de la série. Oui parfois, la vie vous joue des tours.

Du coup, afin de relater un peu la série, je m'en vais digresser un peu sur les tomes précédents (mais très rapidement).
En premier lieu, j'ai commencé la lecture de cette série suite à la lecture de la saga relatant les faits de Fitz Chevalerie à savoir l'Assassin royal (les 2 premier cycles, le troisième n'étant pas encore sorti).
Le début des aventuriers de la mer était vraiment sympathique, dans un univers particulier où l'on découvrait les vivenefs, ces bateaux fait d'un bois particulier qui leur permettait de prendre vie après un certain nombre d'années et de sang versé.
Seulement voilà, après le 3ème tome, j'ai trouvé la lecture de plus en plus longue et difficile à m'intéresser. Ayant l'impression que pas grand chose ne se passait et surtout la présence d'énormément de longueurs.

Mais l'auteur m'avait plu avec Fitz et ses amis/ennemis et les critiques de la série étant bonnes, je me disais que ça allait reprendre.
Bon gré, mal gré, j'ai réussi à me tirer jusqu'au tome 8... mais avec des délais entre chaque lecture de plusieurs années et uniquement parce que ça me semblait bête qu'avec autant d'éloges et vu comme j'avais aimé l'Assassin royal de ne pas conclure cette série... mais en avançant très lentement.
Cela étant, la sortie du 3ème cycle de l'assassin royal m'a donné envie de clôturer cette série (enfin !) avant de pouvoir m'autoriser à reprendre toute la saga de l'assassin royal (ou bien juste le nouveau cycle, on verra).
Nous voici donc dans l'attaque de ce neuvième et dernier tome.
Et contrairement à l'ensemble des tomes après le tome 3, je dois dire que je ne m'y suis pas du tout ennuyé.
Actions, rebondissements, dénouements de situations, tout concourt à faire de ce dernier tome, un tome plein de vigueur et de tension, ce qui manquait cruellement aux précédents.
Même les personnages qui me sortaient par les yeux (comme le gouverneur) ont réussi à ne pas trop me faire grincer des dents. Un véritable petit exploit.

Un tome qui clôture enfin cette série, qui, de mon avis, aurait pu être raccourcie d'une bonne moitié, sans rien perdre de l'exotisme et de la richesse du background.

Côté plume, ce tome se lit vite et est prenant. Bref, on a l'impression de se retrouver sur le premier cycle de l'assassin royal (le second étant clairement plus poussif au début).

Bref vous l'aurez compris, ça fait du bien de terminer sur un livre comme ça !
Mais même si ce tome est bien, il n'équilibre absolument pas, à mon sens, la longueur des précédents tomes qui sont bien nombreux.

Note

Un 15/20 pour ce livre qui termine avec un certain panache cette série.
S'il ne vous reste plus que ce livre à lire, clairement, c'est un plaisir de le lire. Beaucoup des points qui me dérangent dans l'écriture de Robin Hobb (longueurs dans les descriptions et dans la mise en place des actions principalement) ne sont pas présents. On remarquera toutefois que ce n'est pas non plus un page-turner comme peuvent l'être des romans plus boostés aux phéromones (je pense à Black Men et le cycle de Takeshi Kovacs de Richard Morgan par exemple [que je n'ai pas chroniqué ici car d'une lecture antérieure à la tenue de ce blog, mais que je vous conseille fortement si l'envie de vous défouler vous prend]) mais ça passe très bien (surtout après le reste).

Toutefois, si je dois faire une conclusion à l'échelle de la saga, je dirai qu'elle n'en vaut finalement pas le coup. Trop de longueurs et beaucoup trop de tomes n'apportant que peu de chose à l'histoire font qu'à mon sens, l'investissement mis pour découvrir les mystères des dragons n'en vaut pas la chandelle.
Quitte à lire du Robin Hobb, lisez donc l'Assassin royal, dont je ne pourrai que vous conseiller la lecture (avec un petit bémol pour les tomes 7 et 8 de mémoire, et sans connaissance du 3ème cycle que je n'ai pas encore lu).

Série : Les Aventuriers de la Mer

  1. Le Vaisseau magique (lu et non chroniqué)
  2. Le navire aux esclaves (lu et non chroniqué)
  3. La conquête de la liberté (lu et non chroniqué)
  4. Brumes et tempêtes (lu et non chroniqué)
  5. Prisons d’eau et de bois (lu et non chroniqué)
  6. L'éveil des eaux dormantes (lu et non chroniqué)
  7. Le Seigneur des trois règnes (lu et non chroniqué)
  8. Ombres et flammes (lu et non chroniqué)
  9. Les marches du trône (chroniqué)

0 commentaires: